• 8 Août 2018 - Mont Batur

    8 Août 2018 - Mont Batur

    Zou ! Ce matin, on a mis le réveil. Notre journée d'hier nous a mis en appétit de montagne et de beau ! Comme le temps est très mauvais sur les hauteurs depuis qu'on est sur Bali, on scrute tous les jours la météo pour savoir si on peut monter ou pas, sans risquer la pluie et le froid. C'est bien la première fois qu'ici, je consulte des sites météo... Et, il semblerait qu'on puisse tenter le volcan Batur aujourd'hui. Sa dernière éruption date de 2000, il est imposant car sa caldeira est gigantesque et qu'elle abrite un lac que je veux voir depuis très longtemps.

    On décide de prendre la route la plus courte en partant de Tejakula pour arriver de suite au Lac, sans passer par Kintamani.

    8 Août 2018 - Mont Batur

     

    On s'équipe de nos casques car on a vu de la flicaille sur la route qui longe la mer... avec l'intention de vite les enlever dès qu'on l'aura quittée pour commencer à grimper. yes 

    Mais à peine avons-nous bifurquer vers la montagne, nos casques enlevés, un monsieur nous fait signe que la route n'est plus praticable et qu'il est trop dangereux de l'emprunter... Mon homme n'est pas trop d'accord, Monsieur GPS lui dit que c'est possible ! En temps normal, je crois que j'aurais fait fi des dires de tout l'attroupement qu'il y a maintenant autour de nous. Mais après les événements d'Amed, je suis... fébrile et inquiète... Si ces gens, qui connaissent bien leur coin, nous disent qu'il ne faut passer par là, c'est qu'il y a bien une raison. Peut-être que le tremblement de terre ou la saison des pluies l'ont endommagée... Ils nous déconseillent aussi de prendre celle qui fait 29km. On décide de rebrousser chemin et de prendre la route plus officielle, celle de 46km... On sait qu'on va perdre beaucoup de temps mais on mise sur la sécurité et le passage obligé par Kintamani.

    La première partie de route est superbe. Peu de monde et de beaux paysages. On enlève nos casques de nos têtes qui fument déjà avec la chaleur qui monte de plus en plus.

    8 Août 2018 - Mont Batur

     

    La vue est de plus en plus magnifique sur la mer qui se dessine faiblement à l'horizon car encore une fois, si ce ne sont pas les nuages qui nous bouchent la vue, c'est la brume ! Les gens d'ici vivent comme sur un balcon naturel gigantesque. Ils vivent de la culture des clous de girofles et ça embaume tout comme à Munduk.

     

    8 Août 2018 - Mont Batur

    8 Août 2018 - Mont Batur

    8 Août 2018 - Mont Batur

    8 Août 2018 - Mont Batur

    Mais il ne faut pas traîner, la route est beaucoup plus longue que prévue et en plus notre charmante route, devient dans la deuxième partie beaucoup plus large et terriblement fréquentée par les camions. Le paysage devient aussi beaucoup moins beau et on vient d'atteindre la couche nuageuse. De suite, il fait frais... parfois froid. On se couvre et on fonce, en commençant à se réfléchir le retour par une route que celle-ci ! 

    Quand on arrive enfin au sommet de la caldeira, le temps semble revenir au beau et on aperçoit déjà le Lac qui semble magnifique vue d'ici. Malgré l'altitude, 1500 mètres, il pousse ici des orangers ! On s'arrête pour admirer la vue et se reposer les popotins ! yes

    8 Août 2018 - Mont Batur

     

    On s'installe sur une aire de stationnement panoramique et on s'en grille une, avant d'arriver à Kintamani. Quand un camion passe sur la route, notre petit balcon sur la vallée se met à trembler... et c'est plus fort que nous, on pense de suite que la terre va recommencer à nous faire vaciller. On a beau savoir que la Terre n'a rien à voir dans ces vibrations, on repense immédiatement à ce qu'on a vécu à Amed. On a beau dire, on a beau faire... nous sommes quelque peu encore choqués.

    En reprenant la route, on ne cesse d'y penser, chacun de son côté... mais on y pense. Heureusement, l'arrivée à Kintamani demande de la concentration. Il y a une énorme cérémonie qui doit se préparer car c'est la foule, la circulation et les embouteillages ! Tout ce qu'on déteste.

    8 Août 2018 - Mont Batur

     

    Il est déjà midi passé, on décide de s'arrêter boire quelque chose et de laisser passer cette cohue. De nombreux bars, restaurants se trouvent en bord de caldeira. Ils sont tous panoramiques et ça vaut vraiment le coup de s'arrêter dans l'un d'entre eux.

    8 Août 2018 - Mont Batur

    8 Août 2018 - Mont Batur

    La vue sur Batur est impressionnante. Une coulée de lave ou bien un feu... on n'arrive pas à voir, a dévalé ses pentes.

    8 Août 2018 - Mont Batur

    8 Août 2018 - Mont Batur

    Mais le temps recommence à tourner au vinaigre ! De gros nuages noirs arrivent de derrière nous et si le lac est encore au soleil, il ne le restera pas très longtemps... L'idée de départ était de descendre dans le cratère et de visiter les cinq villages qui le bordent mais se pose le problème de la route de retour...

    En demandant aux gens d'ici, on apprend que la route que nous voulions prendre au départ est tout à fait faisable. Un peu raide mais faisable ! Zou ! C'est décidé, on tente le coup et ainsi, on peut prendre notre temps et visiter ces villages qui sont à présent à porter de nous et à porter de temps.

    8 Août 2018 - Mont Batur

    Il est 13h, on a 3 heures devant nous avant de reprendre cette route de montagne si mystérieuse qui se trouve droit devant nous !

    8 Août 2018 - Mont Batur

    La descente au lac est galette et on se dépêche d'aller le voir le plus près. Au resto Apung, il y a une sorte d'embarcadère. C'est désert. On dirait que les bateaux ne circulent plus depuis longtemps ici...

    8 Août 2018 - Mont Batur

    A peine descendus de nos scooters, on se fait encercler par des femmes qui veulent nous vendre des bracelets, des hommes qui veulent nous balader sur le lac. On a beau décliné, les gens ne sont pas contents... On a l'impression d'être la manne qui ne veut pas tomber ! ça devient lourd et désagréable.

    Quant au lac, il est décevant... sombre... parce que sale, très très sale... des poissons morts flottent à la surface... On comprend que personne ne veuille s'y balader dessus...

    8 Août 2018 - Mont Batur

    8 Août 2018 - Mont Batur

    On quitte très vite les lieux... déçus. Ce lac avait l'air si beau vu d'en haut... 

    Plus on longe les berges de ce lac immense plus on est désappointé... des détritus jonchent partout le bord des routes. 

    8 Août 2018 - Mont Batur

    Quant aux abords de Batur, pourtant lieu de trekking prisé par les touristes, c'est pareil. Mais comment est-ce possible !? Ce lieu magnifique est en train de mourir lui aussi sous les plastiques...

    8 Août 2018 - Mont Batur

    8 Août 2018 - Mont Batur

    Vers le milieu du lac, on trouve les fameuses eaux thermales, des piscines ouvertes avec vue sur le lac. On s'arrête parce que je suis intriguée... J'ai tellement lu sur les guides que c'était une expérience à ne pas manquer, avec une vue superbe sur le lac, qu'il faut que j'aille voir de plus près. En ce qui nous concerne, après ce qu'on vient de voir du lac... nous n'avons aucune envie de nous tremper dans quoi que ce soit ici. Un lac de montagne, c'est normalement limpide et pur. Les Dieux doivent là encore, être très très en colère !

    Les lieux sont kitch à souhait avec des éléphants roses qui dressent leur trompe vers le ciel et des piscines en bord de lac... le lieu pourrait être sympathique si le lac était propre ! Et quand le prix de 190 000 roupies par personne m'est annoncé, je me dis qu'il faut vraiment être fadas pour dépenser une telle somme par ici... D'ailleurs les lieux sont vides ! 

    Nous continuons à longer le lac avec toujours Batur qui nous regarde. Nous traversons des endroits près d'un temple où les maisons semblent totalement abandonnées... On ne s'explique pas du tout pourquoi...

    8 Août 2018 - Mont Batur

    8 Août 2018 - Mont Batur

    8 Août 2018 - Mont Batur

     

    La franche vérité... je sens de très mauvaises ondes en ce lieu... Marc commence à brancher Monsieur GPS vers la route de retour que nous voulons prendre en remontant la caldeira au-dessus de Tejakula.

    8 Août 2018 - Mont Batur

    Et on file vers le dernier village, celui de Songan. Là, nous sommes éblouis par le paysage, bien plus beau que celui d'en face.

    8 Août 2018 - Mont Batur

    On s'engage dans un chemin de terre au milieu des cultures de riz et de légumes. Là, un homme vient immédiatement à notre rencontre, il porte la tenue Balinaise.

    8 Août 2018 - Mont Batur


    Il parle très bien l'anglais et on sent qu'il veut le pratiquer avec nous alors j'en profite pour lui poser des tas de questions. En premier lieu pourquoi cet endroit magnifique est-il devenu si sale !? La réponse est immédiate, c'est la faute aux éleveurs de poissons qu'on voit sur le lac.

    8 Août 2018 - Mont Batur

    Quand il était petit, il n'y en avait pas et tous les gens d'ici pouvaient boire l'eau du lac... ce n'est plus le cas aujourd'hui et il va même jusqu'à nous dire que l'eau est empoisonnée ! Qui peut donc manger les poissons qui sont alors élevés ici !? On n'ose pas poser la question...

    C'est aussi à cause des agriculteurs qui utilisent le plastique pour faire pousser leurs légumes. Sous plastique, ils produisent beaucoup plus qu'avant...

    8 Août 2018 - Mont Batur

    Ce plastique tue la terre, tue le lac et tue Bali. L'homme est désolée de nous offrir si triste spectacle même si nous trouvons cet endroit du lac, le plus joli ! 

    8 Août 2018 - Mont Batur

    8 Août 2018 - Mont Batur

    Quant à la question sur les maisons abandonnées, la réponse nous rassure ! Il y a une ou deux fois par an une grande cérémonie autour du lac et de son temple. Tous les gens qui vivent autour de la caldeira viennent alors en procession et restent plusieurs jours ici. Ces maisons servent alors d'abris pour la nuit. Lorsque les gens arrivent, ils construisent des toits avec ce qu'il trouve et c'est pour ça que beaucoup d'entre elles se résument à des chapes de béton et seulement quatre murs ! La franche vérité on préfère cette explication que toutes celles qui nous ont traversé l'esprit, comme une catastrophe naturelle, un feu, une épidémie...

    Et puis il nous raconte aussi les rites funéraires du village de Trunyan. Là-bas, ils sont étranges qu'il nous dit ! Ils laissent leur mort sous des arbres. Je connaissais cette histoire pour l'avoir lue ici et là. Les cadavres sont partout et la puanteur est telle que parfois le village de Songan en reçoit les effluves... Il nous fait rire en nous expliquant que le mot Trunyan signifie "fleur sous l'arbre"... Les morts seraient des fleurs... 

    J'aurais bien aimé voir ça car c'est le seul endroit sur Bali où on ne pratique pas la crémation ou l'enterrement mais nous n'avons plus le temps, il nous faut prendre cette fameuse route "mystérieuse"...

    Ce que nous découvrons est sublime. C'est vraiment la plus belle partie de cette caldeira. Le Mont Batur par son côté Est est totalement différent et les cultures abondent à l'opposé de la première partie un peu désertique et sèche.

    8 Août 2018 - Mont Batur

    8 Août 2018 - Mont Batur

     

    Et puis, on s'arrête, on reprogramme Monsieur GPS parce qu'on se perd un peu...

    8 Août 2018 - Mont Batur

    Beaucoup de routes grimpent la caldeira mais on ne sait pas si elles sont praticables et si elles vont nous mener à bon port. Mon homme est sûr de son coup ! Monsieur GPS ne se trompe jamais... On verra que je me dis en le suivant dans une montée vertigineuse. J'ai trouvé plus fada que moi ! yes

    Quand on passe enfin la caldeira, la mer est à l'horizon. On est exactement au-dessus de Tejakula... et maintenant il faut descendre... et ça va pas être galette non plus !

    8 Août 2018 - Mont Batur

    Monsieur GPS nous fait bien descendre mais par des routes d'un autre monde !

    L'aventure c'est l'aventure !

    8 Août 2018 - Mont Batur

    8 Août 2018 - Mont Batur

    On s'arrête souvent... et pour les popotins... et pour mon bras qui me fait, en descente, énormément souffrir... Il va falloir que je trouve une solution dans une pharmacie d'ici car ce n'est plus tenable... Cette douleur et le scooter tous les jours, commencent à ne plus être compatibles du tout... 

    8 Août 2018 - Mont Batur

    8 Août 2018 - Mont Batur

    8 Août 2018 - Mont Batur

    Mais les paysages sont si beaux... que j'en arrive à oublier les douleurs. Comme quoi, si l'esprit est en harmonie avec ce qui nous entoure, on arrive à oublier complètement son corps et ses bobos.

    8 Août 2018 - Mont Batur

    8 Août 2018 - Mont Batur

    Les locaux que l'on croise ne manquent pas de s'arrêter pour engager la conversation avec  nous. Ils nous demandent tous où on va ! Pour eux, on est des extra-terrestres ! On ne peut qu'être totalement perdus. Mais quand on leur dit qu'on descend sur Tejakula, ils sont rassurés et impressionnés. La route n'est franchement pas galette... mais elle est trop belle ! On ne regrette pas de s'y être engagé.

    Quand on arrive enfin à notre Villa Kubu... on est éreinté mais heureux ! On a déjà oublié le Mont Batur et la déception du lac. La dernière partie de cette boucle était vraiment superbe.

    Je conseille donc à tous ceux qui sont assez à l'aise en scooter, de ne pas hésiter à la prendre en montée comme en descente. Kintamani n'a vraiment aucun intérêt à mon goût mais les goûts et les couleurs, c'est bien connu... ça ne se discute pas ! yes

     

    « 7 Août 2018 - Sur les hauteurs de Tejakula9 Août 2018 - En route pour Lovina »
    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    6
    Samedi 11 Août à 09:56

    L'aventure, c'est l'aventure !!! Vous êtes de vrais aventuriers et j'aime ça.

    Quelle horreur tout ce plastique surtout dans des endroits qui devraient être sublimes sans ça. Heureusement que la seconde partie de votre périple journalier est magnifique. Je découvre avec plaisir comment poussent les clous de girofle.

    Merci de ce toujours très généreux partage, belle continuation à vous deux, bises.

    5
    maryse
    Vendredi 10 Août à 20:54

    Quelle aventure ! des déceptions mais après une jolie découverte avec des paysages superbes !! Si tu savais comme j'aime te lire chaque jour et voir tes magnifiques photos !! Surtout il faut que tu soignes ton bras qui doit te faire souffrir. Vois tu je me dis que cette année tu es bien accompagnée et heureusement avec tous ces évènements ! Vous gardez le sourire, c'est super ! Belle continuation à vous deux !! Que Ganesh vous protège

     

    4
    Babar
    Vendredi 10 Août à 19:26

    Hé le Batur il faut y grimper à pied en partant à 4 h du mat du hameau où sont les guides et il en faut au moins un car on grimpe de nuit dans les sentiers et laves mais là haut le spectacle est grandiose avec un peu de chance si les nuages ne cachent pas le lever du soleil.....Et la haut le guide te sert des bananes grillées et un peu de rhum si tu aimes!!!! Bon après il faut descendre  et là c'est pire que lamontée car tout le monte se bouscule , alors vaut mieux attendre un peu et tout le plaisir revient avec petite pause au cratère et s'amuser avec les macaques..... Mais tu ne peux y monter avec "chouchou"!!!

      • Mistouline
        Samedi 11 Août à 03:09
        Les montagnes sont dans les nuages depuis des semaines. Payer une fortune pour se gêner et ne rien voir, non.
        Il est déconseillé de grimper quand on est en alerte tremblements de terre pour au moins 4 semaines.
        J'ai mon bras qui me fait souffrir et je suis incapable de porter quoi que ce soit.Et on peut admirer un volcan sans lui monter dessus.
    3
    michele92
    Vendredi 10 Août à 19:08

    Vous êtes bien rentrés au bercail, avec tout de même de beaux paysages dans les yeux malgré les difficultés, et tout va bien.. Bonne continuation et fais attention à ton bras; ne serait ce pas une déchirure du tendon ou un truc dans ce goût là? C’est douloureux, très douloureux et à part une infiltration....bisous et encore un grand merci pour les photos et tes bafouilles. je suis toujours fan même si les bulles humoristiques me manquent...

    2
    Maguy
    Vendredi 10 Août à 18:53

    J'allais le dire l'Aventure c'est l'Aventure ! Superbe découverte. Oui ces routes sont très belles avec ces beaux bananiers et avec ces beaux paysages. Quel dommage cette pollution, sûr qu'on n'a pas envie d'y tremper un orteil.  Tes aventures écrites on les vit avec toi, tellement tu écris bien ! Un régal Isa.

    L'homme ne se rend pas compte qu'il est en train de tout détruire, il se laisse aller à la facilité, mais demain il pleurera ! Trop tard!!! Trop de déchets plastiques!

    Merci pour ces merveilleuses fleurs vues de prés, c'est trop beau, et tes jolies clichés, EXTRA ! Bonne continuation !

    Bye bye, A bientôt !

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :