• 6 Août - Pangandaran Jogyakarta... Bali me revoilà !

     

    6 Août - Pangandaran Jogyakarta... Bali me revoilà !

    Y'a des matins... plus douloureux que d'autres et dans tous les sens du terme !!! Qué misère et quelle nuit ! J'avais pourtant bien lavé mes plaies, désinfecté et mis des pansements partout mais j'ai tout de même réussi à un peu salir les draps du Mini Tiga... Je m'en excuse auprès de Mamma Sita Disa et prends mon petit déjeuner en un quart d'heure chrono, la voiture est déjà là pour me mener à la gare de Kroya.

    Petite photo avec la petite mère des lieux... un amour de petit bout de femme ! yes

     

    6 Août - Pangandaran Jogyakarta... Bali me revoilà !

     

    La voiture navette est déjà occupée par trois Autrichiennes sympathiques qui sont installées à l'arrière, je peux donc m'asseoir devant, j'évite ainsi le mal au cœur, j'ai déjà mal partout, c'est pas la peine d'en rajouter !

     

    6 Août - Pangandaran Jogyakarta... Bali me revoilà !

     

    Notre chauffeur est jovial, plein d'humour et un excellent professeur de Bahasia ! La route n'est pas facile car étroite et toute pleine de circulation mais les quatre heures passées ensemble me semblent moins pénibles que toutes celles de mon arrivée. 'Faut dire qu'on roule vitres ouvertes, pas de clim' et que notre conducteur n'a pas le pied hystérique !

     

    6 Août - Pangandaran Jogyakarta... Bali me revoilà !

    6 Août - Pangandaran Jogyakarta... Bali me revoilà !

    6 Août - Pangandaran Jogyakarta... Bali me revoilà !

     

    ***

    *** 

    Quand on arrive enfin à la gare, nous avons une heure d'avance. Avec les filles on s'installe dans la partie "Fumeurs" du quai, par terre, assises sur nos Pépères bien plus confortables que les vilains bancs de la Station. On se pite un bout, on déplie ma carte de Bali et je leur donne quelques tuyaux sur les guests et lieux qu'il ne faut pas rater en Terre des Dieux.

     

    6 Août - Pangandaran Jogyakarta... Bali me revoilà !

    6 Août - Pangandaran Jogyakarta... Bali me revoilà !

     

    6 Août - Pangandaran Jogyakarta... Bali me revoilà !

    6 Août - Pangandaran Jogyakarta... Bali me revoilà !

     

    Quand le train arrive enfin à l'heure, les embrouilles commencent... Comme ils n'installent pas les escaliers pour que je puisse monter avec gros Pépère dans mon train classe Business... je dois forcer sur mon genou mal en point et les bras. Je commence à sentir des douleurs que je n'avais pas identifiées hier soir. Assise dans ce train qui ressemble à tous les autres à la différence qu'il y a une prise électrique supplémentaire (business classe oblige), je regarde d'un peu plus près mes pansements. Ils sont à changer et ça n'est pas joli du tout ! Je vous parle même pas de mon pied, je n'enlève pas la chaussure car je ne suis pas certaine de pouvoir la remettre !

    La meilleure des façons d'oublier les douleurs c'est de s'occuper l'esprit à autre chose. Je sors mon ordi et commence un classement de photos qui m'absorbent totalement jusqu'à l'arrivée à Jogyakarta à 15h (pas de WIFI dans ce train comme je l'aurais souhaité...).

    Quand je débarque dans cette grosse mémère, dès que je pose le pied sur le quai, c'est l'horreur. Le poids que je porte sur le dos me fait forcer sur mon genou. Il faut que je regarde ça de plus près ! Dans les toilettes, je re-lave mes plaies, re-panse et constate que des bleus apparaissent un peu partout. Je comprends à présent pourquoi j'ai mal partout... Mais qué counas ce Con de Français que je répète comme une litanie qui me fait du bien !

    De retour dans la foule, je trouve un parvis de gare en tel chantier de construction ou démolition que je ne reconnais plus rien ! Heureusement que Catherine m'avait dit de prendre à gauche en sortant sinon j'aurais fait des pas inutiles en me perdant dans ce gros pataquès.

    Arrivée sur Jalan Malioboro, je tombe de suite sur l'arrêt de Bus pour l'aéroport. Je me renseigne sur le prix (3 500 roupies soit presque 0,25 centimes) et réfléchis à la suite de ma journée. Mon avion n'est qu'à 20h50... Je voulais laisser mes pépères en consigne et me balader dans Jogya puis trouver un endroit calme avec WIFI pour rattraper mon retard sur mes bafouilles mais mes jambes sont trop faiblardes, il faut que je l'accepte à présent.

    Je me dis que je serais mieux à l'aéroport, sur une terrasse, avec du Wifi, à manger et à boire à me détendre le corps et l'esprit, en fumant quelques cigarettes bien assise... Zou ! C'est décidé je prends le bus de suite et passe mes heures d'escale ici, près de mon avion pour Bali.

    Le bus est bien entendu bondé, j'ai peine à y rentrer chargée comme un mulet mais je trouve vite une place assise au fond. Genou et pied épargnés pour une petite heure.

    Quand j'arrive à l'aéroport, je ne reconnais là-non plus plus rien ! Des tapis roulants et de longues rampes... Je commence à prendre le tapis roulant avec mon trolley mais là, je me fais engueuler comme du poisson pourave par un Indonésien que je sais pas ce qu'il est dans l'aéroport mais qui fait preuve de grande autorité ! Je tente la rampe qui monte d'une force que c'est rien de le dire mais je n'arrive pas à pousser ce trolley sur ce genou qui va pas bien et l'autre qui commence à devenir douloureux aussi puisque je force dessus. Impossible de monter ces rampes ! Je reprends donc le tapis roulant qui me semble plus logique d'emprunter dans un aéroport ! Mais à nouveau, l'Autoritaire me fonce dessus et m'ordonne de prendre ces rampes de malheur ! Oh Bonne Mère, là, je vois rouge !

     

    6 Août - Pangandaran Jogyakarta... Bali me revoilà !

     

     

    La douleur aidant, je me mets en mode "Isa en furie mots gras" ! Je lui balance violemment mon trolley dans les jambes et lui dit de me le pousser jusqu'au sommet de ces deux niveaux parce que je suis blessée et que je n'y arrive pas ! Il me répond tout aussi furieux qu'il en a rien à faire ! A Voui, t'en as rien à faire !? Mais t'es qui, toi, dans l'aéroport ? Montre moi ton badge, ton statut, t'es de la Police ou quoi !? 'Va me chercher un fauteuil roulant, porte mes bagages jusqu'en haut et si tu le fais pas, je vais prendre ce tapis roulant avec ou sans ton consentement ! Mais pour qui tu te prends ! Je t'emmerde, toi, tes rampes et ta connerie !

    Bien entendu, on commence tous les deux à faire l'attraction du coin. Moi rouge comme une pivoine et lui avec sa chemise à fleurs qu'il est rien du tout dans l'aéroport ou pas grand chose ! D'ailleurs, il commence à fermer son méchant clapet ! Quand je vois rouge, on voit de suite que je suis capable d'aller jusqu'au bout de ma colère ! Et toute douce que je suis, je peux être très violente si on me cherche.

    Avec assurance et regardant l'énergumène avec un profond méchant mépris, je prends ce tapis roulant qui monte me regardant de haut ces rampes que je me demande bien pourquoi on doit les emprunter ! Ce con, n'a même pas été foutu de me l'expliquer en Anglais ! 

    J'en ai plein les baskets, je veux m'asseoir, fumer une clope, boire un coup, me connecter, travailler et qu'on vienne plus m'emmerder ! 'Faut plus venir me frotter, je mords ! Circulez y'a rrrien à voir !

    Mais quand j'arrive au terminal des départs, tous les cafés du coin sont non-fumeurs, y'a pas de WIFI dans tout l'aéroport, mon mobile ne fonctionne plus et je peux même pas envoyer de texto à Catherine pour lui dire que je suis bien arrivée à Jogya... C'est la misère... et il commence à pleuvoir ! La totale... déprime... et les douleurs qui montent... de trop...

    Je prends alors mon sac à dos et essaye d'élargir ma recherche aux alentours de l'aéroport... mais là encore... pas de WIFI tout autour de l'aéroport ! Mais comment c'est possible une chose pareille à Jogyakarta !!!!???? Incroyable mais vrai !

    Dépitée, épuisée et pleine de douleurs, je me résigne à passer les trois heures qui me reste à attendre, sous un vilain auvent Fumeurs, devant l'aéroport, au milieu des autos, des taxis et de ce gros bordel innommable qui règne ici !

    Quelques cigarettes et cocas plus tard, un jeune occidental vient s'asseoir près de moi. Il est Allemand, charmant et bien sympathique. On se met à raconter nos voyages, nos mésaventures et on s'aperçoit très vite qu'on a vécu la même chose dans beaucoup d'endroits partagés. On va se boire un café ensemble, on enregistre nos pépères ensemble et comble du hasard, on est assis dans l'avion, côte à côte ! Épuisée, je m'endors sur son épaule et remercie Ganeshou de me l'avoir offert pour transformer ces dernières heures pénibles sur Java en superbes moments de partages et d'amitié.

    Quand on arrive enfin à Bali, lui, est émerveillé par l'aéroport superbe que les Balinais nous présentent et moi, je respire à nouveau cet air qui m'a tellement manqué. On négocie chacun notre taxi pour nos destinations respectives et on se quitte en s'échangeant nos adresses pour une éventuelle retrouvaille sur Ubud.

    Quand j'arrive enfin chez Lydie sur le coup des minuit, on se jette dans les bras l'une de l'autre comme si on se connaissait depuis toujours. Quand Facebook est utilisé avec intelligence, cœur, et sincérité, pas de mauvaises surprises à l'arrivée. 

     

     

     

     

    « 5 Août - PANGANDARAN National Park... Bagus Bagus !7 Août - Jimbaran, repos, bazarette et pansements »
    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    9
    Mardi 9 Août 2016 à 20:57

    J'espère que tu vas beaucoup mieux maintenant.

    Bonne continuation Isa, je file voir tes nouveaux articles en souffrance chez moi.

    Bisous à bientôt.

    8
    Mardi 9 Août 2016 à 17:09

    J'espère que tous ces petits pépin sont un mauvais souvenirs et que tous roule maintenant.

    Bisous.

    7
    Lundi 8 Août 2016 à 23:04

    J'espère que ça va aller pour ton genoux et le reste de ton voyage :(

    6
    maguy thomé
    Lundi 8 Août 2016 à 14:14

    J'espère que tes blessures te font moins souffrir et qu'elles se cicatrisent, sois vigilante Isa. Il y a des machos-abrutis partout! Certains frustrés exercent leur autorité sur les faibles....T'as bien réagi, pr le tapis-roulant,  non mais?! Bien fait !!!

    Oui, repose toi bien et attend encore avant de forcer sur tes plaies. Il y a un épisode que j'ai manqué...(counas de français, qu'est ce qui s'est passé ?)

    Bon repos chez Lydie, chère Isa. Bises. à +++

     

     

    5
    Lundi 8 Août 2016 à 10:03
    Tu es comme une petite soeur pour moi et je peux ta parler de mon homme qui est retourné en France le temps d'un mous pour dire adieu à sa maman et aider son papa et partager leur peine. Merci Isa
    4
    MARYSE
    Lundi 8 Août 2016 à 09:42
    Contente de te savoir bien arrivée après tous ces tracas et ce vilain à l'aéroport :( Soigne bien tes plaies surtout et repose toi un peu !! A bientôt - Bisous MARYSE
    3
    Michele/Boulogne
    Lundi 8 Août 2016 à 09:37

    Essaie de te refaire une petite santé avant de continuer, en plus, en bonne compagnie. Bonne journée Isa et plein de bisous

    2
    Babar
    Lundi 8 Août 2016 à 09:08

    Hola ma belle, profite un peu du calme chez Lydie car repartir en galère en petite forme cé pa le méyeur pour jouir du paysage. Alors nouatendon de + bone nouvele Bizzzzz Babar

    1
    Vanessa
    Lundi 8 Août 2016 à 08:14
    Genial les retrouvailles. Et ou8 kan tu es venue moi aussi g eu l,impression kon se connaissait deja. Moi aussi j aurais ete en crise avec cette histoire de tapis roulant....
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :