• 23 Juillet 2018 - La Mafia de Banyuwangi...

     

    23 Juillet 2018 - La Mafia de Banyuwangi...

    Je ne sais pas si c'est parce que nous avons hâte de partir d'ici mais pas besoin de vous dire que nous n'avons pas besoin de réveil pour nous lever ! Nous avions demandé un petit déjeuner à 7h, il est 7h30... pas de déjeuner ! Et quand nous cherchons notre petite propriétaire... elle n'est plus là, disparue ! Comme elle nous a demandé de la payer dès notre arrivée pour deux nuits et qu'elle sait qu'on part aujourd'hui... pas de déjeuner pour nous ! C'est ce que j'appelle à présent, du service, made in Java Est. Les gens du peuple sont adorables, les counas qui tiennent notre porte-monnaie sont tous des minables ! Je sais, je sais, je m'énerve un peu mais y'a de quoi ! Jamais j'ai vu ça pendant tous mes voyages dans ce pays. C'est lamentable ! 

    On s'habille donc et on retourne déjeuner à notre Indomarket, d'un café chaud et d'une galette. On a qu'une idée en tête, se carapater d'ici au plus vite. Dès le retour à la guest, toujours aussi vide, on boucle vite fait nos sacs et on les transporte sur le scoot jusqu'à la gare routière de Brawijaya.

    23 Juillet 2018 - La Mafia de Banyuwangi...

    Pendant que Marc ramène Chouchou à notre guesthouse fantôme, j'observe un peu ce terminal gare routière, tout aussi peuchère que beaucoup déjà vus en Indonésie.

    23 Juillet 2018 - La Mafia de Banyuwangi...

    23 Juillet 2018 - La Mafia de Banyuwangi... 

    Ce qui m'intrigue, c'est que nous sommes les seuls à attendre un bus... et ceux qui stationnent sont tous des peuchères de bus d'un autre âge... Ils me rappellent les bus du Sri Lanka, c'est pour dire ! Et je ne comprends pas pourquoi nous n'avons pas pu acheter nos billets afin d'être sûrs d'avoir un siège !!! Et pourquoi les prix ne sont affichés aucune part !?

    Je regarde à nouveau le panneau d'affichage et comme hier, je ne vois pas notre bus DAMRI pour 10h30... Il n'y en a qu'un mais à 11h21...

    23 Juillet 2018 - La Mafia de Banyuwangi... 

    Le grand brun qui parlait bien Anglais hier n'est pas là et tous les gens qui nous entourent ne parlent qu'Indonésien... On n'a pas le choix, faire confiance et attendre. Quand Marc revient à pied, pas de changement. On commence sérieusement à s'interroger... et à se penser, chacun de notre côté, qu'on va encore avoir des embrouilles...

    23 Juillet 2018 - La Mafia de Banyuwangi... 

    Vers 10h15, notre grand brun apparaît comme par enchantement... Il m'interpelle et me demande depuis quand on attend ! Je lui rappelle qu'hier il nous a demandé d'être là une heure avant le départ, donc nous sommes là depuis une heure ! Et quand je lui demande pourquoi il nous fait venir une heure à l'avance s'il n'y a toujours pas de guichet ouvert et de billets à acheter ! Il me répond que c'est comme ça, en Indonésie... Comme si c'était ma première fois que je me pense un brin énervé... On est de plus en plus inquiet... mais on n'a pas trop le choix... on patiente... en compagnie de cet homme dont on ne comprend pas la présence à nos côtés et qui tapote sur son téléphone, de longue...

    Mais tout à coup, il se lève, prend nos sacs et nous dit que le bus arrive dans 10 minutes... Comment peut-il le savoir !? Il est devin !? Mais effectivement un bus arrive et il y a bien marqué dessus "Damri"... Un beau gosse avec lunettes de soleil et chemise foncée très officielle, lui parle en Indonésien. Le grand brun lui dit 120 000 par personne et le beau gosse attend nos 240 000 roupies que nous sortons docilement puisque c'est le prix qu'on nous a annoncé hier. Le grand brun nous informe alors qu'il ne faut rien laisser d'important en soute... ! ça veut dire quoi !? Bé ça veut dire que les soutes ne ferment plus ! Ah ! 

    Quand on monte dans le bus, on comprend tout de suite que ce n'est pas un bus de "Première classe" mais plutôt de "Seconde zone" ! Les sièges sont défoncés, cassés, des locaux sont déjà couchés à l'arrière et on a du mal à trouver deux places à peu près confortables... Il y a bien la climatisation mais elle fuit sur les têtes des passagers et quand on arrive enfin à s'asseoir sur un siège à peu près correct, on constate que nous n'avons pas de place pour les jambes et qu'on va encore vivre 5 heures d'enfer ! Quant à notre billet, il ne comporte ni prix, ni destination ! 

    23 Juillet 2018 - La Mafia de Banyuwangi...

    23 Juillet 2018 - La Mafia de Banyuwangi...

    23 Juillet 2018 - La Mafia de Banyuwangi...

    Ce n'est pas possible ! J'ai déjà voyagé sur des lignes DAMRI, ce n'est pas un bus Damri malgré toutes les inscriptions sur les dessus de sièges et les beaux uniformes du chauffeur et des deux vendeurs de billets. Tous se moquent bien de nos interrogations et de notre inconfort affichant toujours des sourires qui semblent se foutre de nous au plus haut degré !

    23 Juillet 2018 - La Mafia de Banyuwangi...

    Après à peine 5 kilomètres, le bus s'arrête sur un bord de route, bien avant l'embarcadère. Quand je demande la raison de cet arrêt (on nous avait vendu un bus direct non strop), on me déclare qu'on fait une pause de 20 minutes pour manger !

    23 Juillet 2018 - La Mafia de Banyuwangi... 

    Des vendeurs ambulants montent et descendent du bus lors de cet arrêt interminable et comme les locaux font de même prédisant bien plus que 20 minutes d'arrêt... je descends fumer une, puis deux cigarettes puis trois cigarettes... La boufaillisse me monte doucement mais surement. Quand on commence à voir un groupe de 4 visages pâles monter dans notre bus cauchemardesque, on les voit payer 60 000 roupies chacun... 

    23 Juillet 2018 - La Mafia de Banyuwangi...

    C'est à ce moment là, qu'on a la certitude d'avoir à nouveau été escroqués. Nos compatriotes nous confirment qu'ils ne payent que 60 000 roupies alors que nous payons le double.

    Je redescends du bus et vais voir celui qui semble être le chef de cette belle organisation de Pincuri ! Je lui explique qu'on a payé 240 000 roupies au beau gosse à lunettes et qu'on ne comprend pas pourquoi les nouveaux arrivants ne payent que 60 000. Là, commence une mascarade pas possible ! Il fait venir le beau gosse, lui demande des explications d'un air contrarié. L'autre lui explique que le grand brun au bon Anglais nous a accompagné et donc que c'est lui qui a empoché la différence ! Comment ça !? Mais c'est bien à lui qu'on a donné l'argent pas au grand brun, que je fais au chef ! Alors le chef, regarde à nouveau son soit disant employé qui lui ré-explique la même chose. Et le chef qui se retourne vers moi et qui me répète la même chose, c'est le grand brun qui a empoché la différence ! 

    On ne s'en sort plus parce que je comprends qu'en fait TOUS sont de connivence... Première arnaque, nous sommes certains que le bus DAMRI est un vieux bus racheté par cette bande d'escrocs. Deuxième arnaque, le grand brun rabat des couillons comme nous, leur disant que les horaires dans la gare de Brawijaya ne sont jamais mis à jour, qu'il n'y a pas de billetterie, il se fait passer pour un employé de la gare routière et il fixe lui-même les prix pour lui et pour son compère transporteur. Et dernière arnaque, alors que le bus affiché à 11h21 arrive bien à Denpasar, le notre nous débarquera à Mengwi, à plus d'une heure de Kuta ! Et cerise sur le gâteau, ils nous affirment tous qu'il n'y a plus de gare routière à Denpasar ! Mais ils se foutent de la gueule du monde ! Et zou maï, nous voilà encore "eus" !

    Soudain le chef, me regarde droit dans les yeux et me dit assez durement "Et maintenant !? Vous faites quoi !? Vous restez là ou vous voulez aller à Bali ?"... La boucle est bouclée et la mascarade tire à sa fin. Je lui fais mon plus beau sourire et lui dis qu'on part à Bali. Je sais que si je m'énerve, ils nous débarquent et nous ne voyons pas notre argent revenir dans notre bourse ! Tous des mafieux ! Pire que tous ce que j'avais lu sur Probolinggo et Cemaro Lawang !

    Je remonte dans le bus et nous partons enfin à l'embarcadère qui est à deux minutes de notre arrêt de plus d'une heure ! Il fallait bien attendre de remplir le bus de nouveaux couillons avant de se lancer dans la traversée. Le port de Banyuwangi est un port banal avec de vieux rafiots qui font la navette entre Bali et Java. Pour certains, on se demande comment ils peuvent encore naviguer !

    23 Juillet 2018 - La Mafia de Banyuwangi...

    23 Juillet 2018 - La Mafia de Banyuwangi... 

    23 Juillet 2018 - La Mafia de Banyuwangi...

    Dès le bus embarqué, on nous autorise à descendre sur le pont. Face à Java, dos à Bali, on observe en silence cette côte et cette région qui nous ont été hostiles tout du long de ce voyage.

    23 Juillet 2018 - La Mafia de Banyuwangi...

    23 Juillet 2018 - La Mafia de Banyuwangi... 

    23 Juillet 2018 - La Mafia de Banyuwangi...

    Je me remémore la longue préparation de mon itinéraire parce que j'hésitais à venir dans cette région... Je lisais sur les forums qu'il fallait se concentrer sur les Volcans Bromo et Ijen, que le reste de la région n'offrait pas de grandes émotions, que les prix pratiqués pour l'hébergement étaient disproportionnés par rapport aux services offerts, que de nombreuses mafias sur Probolinggo, Banyuwangi et ailleurs dans ce coin de Java rendaient la vie difficile aux voyageurs en solo sans oublier la difficulté de louer une voiture ou un scooter...  A l'époque, je n'arrivais pas à croire tout ce que je lisais, il me fallait expérimenter par moi-même. Je connais bien l'Indonésie et je sais combien, ailleurs qu'à Bali, les conditions de transports peuvent être difficiles mais les paysages époustouflants et la gentillesse des gens ont toujours compensé les embrouilles rencontrées sur la route. Ma conclusion aujourd'hui après 23 jours de Jogyakarta à Banyuwangi est pire que toutes celles de mes autres collègues voyageurs parce que je rajoute l'absence totale de faune dans les endroits les plus reculés, une pollution plastique alarmante et une population totalement indifférente à l'inéluctable : la destruction de leur environnement.

    23 Juillet 2018 - La Mafia de Banyuwangi...

    Sur le pont du bateau, on prend enfin le large... et on lâche prise. Les rires sont nerveux mais trop bons yes

    23 Juillet 2018 - La Mafia de Banyuwangi... 

    On se retourne vers Ijen, qu'on n'aura vu ni de près, ni de loin... il est encore aujourd'hui recouvert de nuages...

    23 Juillet 2018 - La Mafia de Banyuwangi...

    On tourne nos yeux vers Bali, sans aucun regret...

    23 Juillet 2018 - La Mafia de Banyuwangi...

    Quand j'aperçois les belles montagnes de Pemuteran et le port de Gilimanuk, je sais que nous arrivons enfin chez moi, la Terre toujours Promise... Mais nous savons aussi en regagnant nos sièges de bus, que le voyage va être interminable !

    23 Juillet 2018 - La Mafia de Banyuwangi...

    23 Juillet 2018 - La Mafia de Banyuwangi...

    23 Juillet 2018 - La Mafia de Banyuwangi... 

    23 Juillet 2018 - La Mafia de Banyuwangi...

    Arrivés sur le sol Balinais, la Police fait débarquer tous les Javanais pour un contrôle d'identité. On nous explique que c'est ainsi depuis les attentats terroristes de 2003. J'aurais presque envie de vider mon sac auprès d'eux sur la mafia de Banyuwangi... mais on perdrait encore du temps et de temps nous ne voulons plus en perdre ! On est trop pressé de retrouver une vie normale, entourés de gens normaux même si on doit encore en chier pendant quelques heures ! Je sais, je suis à nouveau grossière mais là, je suis très modérée que c'est rrrrrien de le dire !  yes

    Je vous passe les 5 heures interminables de bus inconfortables où mes cervicales rendent définitivement l'âme, les mille fois où on manque de finir dans le fossé tant le conducteur est un fada à doubler n'importe quoi et n'importe où et je passe directement à notre arrivée à Mengwi  ! Il est déjà 17h et mon ami Ketut nous attend au Sari Bali Cottage...

    Comment allons nous rejoindre Kuta qui est à plus d'une heure !? On se connecte, on utilise l'application GO JEK qui nous annonce un transport à 98 000 roupies mais dès qu'un chauffeur nous contacte, le prix passe à 200 000 roupies ! Le même prix que les taxis qui nous tournent autour ! On décide de payer le prix affiché et de prendre un taxi officiel...

    Quand je demande au chauffeur pourquoi nous sommes descendus à Mengwi plutôt qu'à Denpasar, il me répond que c'est ainsi depuis 2012 et que la gare routière de Denpasar n'existe plus ! Je ne relève pas parce que je n'en crois pas un mot. Il va falloir vérifier mais j'ai du mal à croire que les gens qui ont un avion à prendre ne puissent plus descendre à Denpasar ! Dans ces cas-là, 'vaut mieux laisser tomber, payer et faire le dos rond. Tout ce qui nous importe à présent, c'est d'arriver vite à destination et ne plus voir tous ces mafieux qui forment une belle bande de counas sur Java comme sur Bali... malheureusement...

    Quand le chauffeur nous lâche enfin au Mémorial, c'est presque en courant que je rentre dans ma Poppies Lane et dans mon Gong Sorga qui s'animent déjà pour la nuit. Je salue tous les Ganeshou sur mon passage, Marc n'arrive plus à me suivre. Il est vrai qu'il ne me connait pas encore sous ma version Balinaise ! Je me souviens de mon départ d'ici, il y a deux ans, pleine de l'espoir d'un nouveau départ de Vie annoncé par mon Shaman d'Amed... Je suis tellement heureuse de montrer enfin mon Bali à mon Homme même s'il est fort sceptique après nos méchantes expériences Javanaises !

    Quelle joie de retrouver Ketut qui nous attend ! On se serre la main, on se tapote l'épaule, on sait plus trop comment se saluer mais c'est que du bonheur ! Ma chambre est prête et quelle surprise, deux scooters nous attendent devant la terrasse ! Elle est pas belle la vie quand elle est basée sur le respect, la fidélité et l'Amour !? Il nous laisse, il a compris que le voyage a été plus qu'éprouvant et qu'on a besoin de repos. Il nous attendu jusqu'à ce qu'on arrive... Merci Ketut !

    23 Juillet 2018 - La Mafia de Banyuwangi... 

    Nous nous installons et j'ai pas besoin de vous dire que suis toute excitée ! Je montre le jardin, la piscine, je montre à Marc cet endroit que j'aime mais il est trop épuisé pour apprécié et surtout le contraste entre la vie animée de Kuta et nos déserts Javanais est trop fort. On s'installe sur la terrasse, histoire de se poser un peu comme pour reprendre nos esprits...

    23 Juillet 2018 - La Mafia de Banyuwangi...

    ... et c'est un peu tard qu'on s'engouffre dans les rues animées des Poppies à la recherche d'un restaurant. Ici, on n'a pas à regarder sa montre pour savoir si on va encore nous servir à 21h30, rien ne ferme jusqu'à pas d'heures ! On va enfin pouvoir vivre normalement sans manger à 19h et se coucher à l'heure des poules... Mon Dieu que c'est bon ça aussi ! Et alors je vous dis pas la tête de mon homme quand il découvre que sur les menus Balinais, on trouve aussi du Vin et de la bière !

    23 Juillet 2018 - La Mafia de Banyuwangi...

     

    C'est pas qu'on puisse pas vivre sans mais avoir la liberté de boire ou de ne pas boire... là est souvent la question...

     

     

     

    « 22 Juillet 2018 - Quand Ijen... ne nous veut pas...24 Juillet 2018 - Kuta repos bien mérité ! »
    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks Pin It

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    14
    arielle
    Mercredi 25 Juillet 2018 à 13:35
    Et bien.... c'est la guerre ???
    13
    nessie desiles
    Mercredi 25 Juillet 2018 à 13:17

    j avoue que j'ai lu u n peu en diagonale car là rien qu'à te lire j'en ai de l ezcema de ce pays lol mais comment d une ile à l autre ça peut e^tre si différent ???

    12
    Mercredi 25 Juillet 2018 à 12:06

    C'est lamentable !!! Comment peut-on se "foutre" des touristes de cette façon ? 

    Maintenant, vous allez vous régaler, profitez-en bien !!!

    Bonne continuation, bises, à la prochaine étape.

    11
    maryse
    Mercredi 25 Juillet 2018 à 08:35

    Quelle galère !! enfin vous voilà arrivés à BALI !!  Reposez vous avant d'autres aventures "plus calmes" !!  Que Ganesh vous protège les amoureux !!

     

    10
    Cath
    Mercredi 25 Juillet 2018 à 02:35
    9
    Cath
    Mercredi 25 Juillet 2018 à 02:22
    8
    Lydie T
    Mercredi 25 Juillet 2018 à 00:27
    Tout ira mieux bisous les amoureux comme nous autions aimé aller vous chercher à la gare routière et connaître le monsieur.
    Bon profitez en bien et gros bisous
    7
    nadia
    Mardi 24 Juillet 2018 à 23:58

    Bonnes vacances ! enfin après toutes ces péripéties ... gros bisous à demain 

     

    6
    marie
    Mardi 24 Juillet 2018 à 23:08
    Enfin, nous y voilà après bien des péripéties. maintenant que les vacances commencent en oubliant java !!!bon repos et à demain bisous
    5
    Gibee
    Mardi 24 Juillet 2018 à 21:51
    Gibee
    J'espère que Marc va apprécier quand même malgré les galères
      • Mercredi 25 Juillet 2018 à 17:43

        Il est costaud ! Il a vécu en 20 jours toutes les galères regroupées que j'ai pu avoir dans la totalité de mes voyages. Il a tenu sur Java... il ne craint plus rien ! yes

    4
    Cri
    Mardi 24 Juillet 2018 à 20:33
    Enfin !! ☺️Le voyage le vrai commence
    3
    Thomé Maguy
    Mardi 24 Juillet 2018 à 20:16

    Et ben! Y a de quoi être énervés ! Il faut se méfier de tout! I-ni-ma-gi-na-ble !!!

    Bon repos, A demain !

     

    2
    Iza
    Mardi 24 Juillet 2018 à 20:02
    Bienvenue chez toi !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :