• 19 Aout- Amed mon paradis où je fais ma Crusoe...

     

    19 Aout- Amed mon paradis où je fais ma Crusoe...

    Je crois que je suis en train de faire des infidélités à mon cher ami, le Pastaga !!! Soirée encore bien arrosée d'Arak, nuit à dormir comme un bébé ! Ne me demandez pas comment j'ai regagné ma guesthouse, je n'en ai pas le souvenir... Ce breuvage a le mérite de ne laisser aucune trace derrière lui et d'avoir le réveil matinal.

    Petit déjeuner pris à la va-vite parce qu'ici si on ne prend pas d'excursions à dauphins, on ne vous calcule pas ! Les oiseaux chantent et le ciel est d'un bleu à y plonger dedans...

    19 Aout- Amed mon paradis où je fais ma Crusoe...

     

    Le café est "peuchère", la crêpe est au régime "minuscule" et pas d'assiette de fruits pour donner le premier sourire aux papilles...  Pas d'aide non plus pour transporter gros Pépère jusque dans la cour mais c'est pas grave, j'ai besoin de dégun ! Deux, trois, petits coups de sangles et me voilà parée au départ. Il est 8h30, je devrais arriver sur Amed sur le coup de midi.

    Quand je m'engage sur le grand axe routier que j'ai quitté hier, la circulation est déjà dense mais ce sont les scooter qui rythment la danse, c'est donc plus agréable et moins stressant. Nous roulons tous avec la même logique, la même dextérité et dans un respect mutuel des attentes des uns et des autres, ce qui n'est plus le cas quand les voitures s'en mêlent.

    La Baie de Lovina passée, j'entre dans la grosse mémère qu'est SINGARAJA mais comme il est assez bonne heure, je ne rencontre là encore presque pas d'autos. Je trouve une ville totalement transformée ! Les rues ont des trottoirs de niveaux à peu près égaux, les boutiques sont elles mêmes alignées et pas seulement dans ces espèces de garages à ciel ouvert où elles s'installaient il n'y a encore pas si longtemps. On ne s'y mange plus la poussière et les calèches tirées par des chevaux ne se font plus huer par tous les véhiculent mais se promènent tranquillou tranquillette sur les grands axes qu'on dirait des Avenues avec des feux ! Mon premier contact avec cette ville avait été désastreux, je suis aujourd'hui encore agréablement surprise. D'ailleurs, je décide de m'y arrêter car j’aperçois la mer, et moi, la mer, Elle m'appelle toujours d'une force que c'est rien de le dire ! Surtout que là, une statue haut perchée semble me la montrer du doigt de façon très autoritaire... Je ne peux pas l'ignorer sinon je vais me faire bisquer !

    19 Aout- Amed mon paradis où je fais ma Crusoe...

     

    19 Aout- Amed mon paradis où je fais ma Crusoe...

     

    Et la mer est calme... si calme... On a ici aussi, l'envie de s'y poser et de ne plus en repartir. Une esplanade borde le front de mer, je laisse Chouchou et Pépère en garde à deux papets qui sirotent un café sous un arbre et m'en vais jalan jalaner, débarrassée de ce casque sous lequel je commence déjà à surchauffer.

     

    19 Aout- Amed mon paradis où je fais ma Crusoe...

    Je me bois un petit café près d'un petit temple chinois où les fontaines chantent et je me pense que c'est encore un coin où il faudra m'arrêter... un jour. Les gens ont tous un sourire qui mène au bonheur... Quand on me dit que la Thaïlande est le pays du sourire, ça me fait toujours sourire... (c'est le cas de le dire !) mais je ne polémique plus en me gardant pour moi que c'est faux, mais bien ici !

     

    19 Aout- Amed mon paradis où je fais ma Crusoe...

     

    Mais je veux impérativement arriver à Amed à midi... Je n'ai pas réservé chez Baba et c'est toujours l'heure où les gens quittent les bungalows et ou d'autres arrivent en prendre possession. ça va être la course, façon Pékin Express que je me pense en accélérant le rythme.

    La route que j'ai connue il y a six ans était plus une piste à ornières béantes qu'une véritable route. Je découvre aujourd'hui sur ce tronçon, une superbe nationale que les arbres ombragent et que la mer caresse... C'est un plaisir sans égal d'y rouler et je ne peux pas m'empêcher de m'y arrêter fréquemment pour y prendre quelques photos, y déguster un coca, c'est trop tentant ! 

    19 Aout- Amed mon paradis où je fais ma Crusoe...

    19 Aout- Amed mon paradis où je fais ma Crusoe...

    19 Aout- Amed mon paradis où je fais ma Crusoe...

    Ce sont souvent les femmes qui tiennent les guinguettes au bord de l'eau. Dès que j'arrive, je suis l'attraction. Je ne reste pas longtemps seule devant mes boissons froides ou chaudes. Elles veulent toujours tout savoir, jusqu'aux détails les plus intimes. Aucune retenue, aucun tabou... j'adore. ça épargne les pertes de temps et on va droit à l'essentiel. On parle bien entendu de mon road trip en solo et elles m'envient ma liberté, elles qui sont attachées à un mari ou à une culture si forte que même sous des airs de modernisme, il y a du chemin à faire... Je leur réponds que par chez moi non plus ce n'est pas facile si d'allier liberté et Amour, qu'il a comme partout un fort prix à payer... Mais ça, elles ne veulent pas l'entendre... 

    Encore des échanges d'adresses et je repars vers mon Amed où mon bungalow sur la plage m'attend, j'en suis certaine.

    Mais je traînaille... Une barquette dans l'eau qui attise ma curiosité, des offrandes à la Déesse de la mer, des enfants qui m'interpellent, un guide qui veut me montrer un temple... je ne fais que m'arrêter et m'arrêter encore en perdant toute notion du temps...

              19 Aout- Amed mon paradis où je fais ma Crusoe...    19 Aout- Amed mon paradis où je fais ma Crusoe...

     

    19 Aout- Amed mon paradis où je fais ma Crusoe...

     

    ... mais quand j'aperçois enfin mon Gros Pépère Agung !!! Alors là, c'est encore pire et je deviens complètement fadade, manquant me rétamer par terre à chaque fois que je veux l'admirer entre deux arbres. Zou ! Je quitte ce grand axe et m'en vais lui présenter mes offrandes à ce Volcan que j'aime tant...

     

    19 Aout- Amed mon paradis où je fais ma Crusoe...

    Et me voilà à grimper, toujours plus haut, faisant fumer Chouchou dans des virages en épingle mais c'est trop bon ! De nombreux scooters chargés d'offrandes montent vers Kintamani. Il doit y avoir une grande cérémonie au Temple pour qu'ils soient tous aussi nombreux à monter les flancs de ce Dieu vivant. Mais Kintamani est très loin et je me suis déjà beaucoup trop éloignée de mon itinéraire. Je rebrousse chemin après une petite prière mains jointes devant ce spectacle qui me chamboule toujours autant...

    Quand sur mon grand axe, je croise de gros taureaux noirs ou ors sur le bord de la route, je sais que j'entre en pays d'Amed où c'est la période des grandes crémations.

    19 Aout- Amed mon paradis où je fais ma Crusoe...

    19 Aout- Amed mon paradis où je fais ma Crusoe...

     

    J'accélère de trop ma cadence et mon réservoir à soif ! Quand j'arrive à Tulamben, je sais qu'il va falloir que je m'arrête faire le plein... Mes détours n'ont pas arrangé mes affaires, il va falloir trouver un endroit où déssangler et déposer gros Pépère. Mais Ganesh pourvoit à tous mes besoins ! Sur le bord de route une jeune maman a installé une table, deux chaises et des bouteilles à Benzine ! Elle est pas belle la vie !? 

    19 Aout- Amed mon paradis où je fais ma Crusoe...

    Comme elle vend tout un bric à brac de petites choses, j'en profite pour me piter un bout chez elle. Elle est toute contente et même si elle ne parle pas un mot d'Anglais, les sourires, les gestes et la gentillesse font qu'on n'a pas besoin de Monsieur Google Traduction !

     

    Quand je remonte sur Chouchou, je décide de ne plus m'arrêter et je fonce vers Amed tout en priant Ganeshou de m'accorder ma cabane au bord de l'eau chez Baba.  A l'intersection Amlapura-Amed, je vire à gauche à fond et m'élance sur cette route que je connais par cœur. Il est déjà 13h, l'heure à laquelle les gens partent ou s'installent. J'entame mon Pékin Express ! Je double TOUT, camions, autos, scooters, je passe le Wawa-Wewe, le Sama Sama, et quand j'ai passé Nipah Bay, je retrouve mon arbre ! Comme il a grandi, comme il est devenu fort en deux années qu'on ne s'est pas vus... Je peux pas m'empêcher de lui faire un petit bonjour tout plein d'émotions ainsi qu'à mes montagnes que je n'ai jamais connues aussi vertes !

    19 Aout- Amed mon paradis où je fais ma Crusoe...

    19 Aout- Amed mon paradis où je fais ma Crusoe...

     

    Mais les scooters sont derrière moi à me coller aux roues, je reprends ma course pour arriver au bout du bout de tout ce long bout qu'est Amed et je retrouve avec joie les toits de paille de mon Good Karma. Je me gare près de mon joli temple où tous les matins je viens prier les Dieux de m'accorder tant de félicités.

    19 Aout- Amed mon paradis où je fais ma Crusoe...

     

    19 Aout- Amed mon paradis où je fais ma Crusoe...

     

    Quand j'arrive à la réception, je demande si le troisième bungalow sur la plage est libre et j'attends avec inquiétude la réponse du jeune homme qui vérifie sans hâte son agenda... Je croise tout ce que je peux croiser, de l'orteil à la mèche de cheveux tout en priant Ganeshou de m'accorder ce grand plaisir...  Quand il relève la tête avec un sourire jusqu'aux oreilles, il m'annonce qu'il y a eu une annulation et que je peux retrouver mes pénates pieds dans l'eau. Je l'embrasserais presque ! Et en plus, je peux y rester les quatre nuits qui viennent. (225 000 roupies la nuit avec petit déjeuner).

    Vous imaginez la joie que j'ai à m'installer dans ce bungalow sommaire mais où tout est étudié pour que les petits plaisirs soient tous satisfaits ! Mon hamac a disparu mais un grand lit m'attend sur la terrasse... Je sais déjà où je vais passer ma nuit, à me gorger des bruits de la mer de Bali qui va luire après cette lune pleine d'hier...

     

    19 Aout- Amed mon paradis où je fais ma Crusoe...

    19 Aout- Amed mon paradis où je fais ma Crusoe...

    19 Aout- Amed mon paradis où je fais ma Crusoe...

    19 Aout- Amed mon paradis où je fais ma Crusoe...

     

    Baba n'est pas là mais je retrouve tout le staff en cuisine et c'est trop bon de revoir mes petites collègues déjà derrière leurs fourneaux. Tout ici, de la cuisine d'ici à celle de chez nous est un régal ! Quand on s'installe chez Baba, on n'a pas besoin d'aller voir ailleurs ! On dort bien, on mange bien, on snorke bien et en plus on partage la plage avec les pêcheurs qui partent à la nuit et reviennent au petit matin quand le soleil se lève. C'est un spectacle magique quand toutes les voiles viennent s'échouer sur le sable, les ventres plein ou pas de poissons.

    19 Aout- Amed mon paradis où je fais ma Crusoe...

    Quand je m'attable, je ne résiste pas aux pâtes à la Carbonara... je sais qu'elles sont aussi bonnes que les miennes sinon plus ! Je m'installe sur ma table basse habituelle et repose mon tafanari sur les coussins au sol. C'est toujours le moment où Baba arrive saluer ses hôtes. Quand il me reconnait, on recommence à parler politique et de Jokowi qu'il supportait dans sa campagne il y a deux ans. Il est toujours très satisfait de son Président qu'il porte aux nues. Tant mieux. Tous les Indonésiens ont l'air ravi de ce changement de gouvernance...

    Mon succulent plat terminé, j'enfourche Chouchou. 'Faut que j'aille saluer correctement mon arbre et ma collègue Sasih. Je la retrouve sur la route, au même endroit où je l'ai laissée la dernière fois. Que j'aime ces choses qui ne changent pas, presque immuables... Seul le minot a changé, grandi, mais avec toujours ce petit air coquin qui fait craquer. On se promet de se revoir le lendemain et je regagne mes pénates parce que la Mistouline ne répond plus de ses forces. 'Faut que je repose tout mon corps et tout mon esprit, la route et le bonheur... ça fatigue un max ! yes

    Et comme une infidèle que je suis à mon Pastaga... et nouvellement amoureuse de l'Arak, je me sirote un petit verre sous la lune... avant d'être emportée par les bras de Morphée sur mon lit aux quatre vents du soir... bercée par les vagues qui brillent de mille éclats...

     

    19 Aout- Amed mon paradis où je fais ma Crusoe...

     

    « 18 Août - Petite halte non prévue à LOVINA20 Août... Amed... la zénitude ça rend tout mouligasse ! »
    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    7
    MARYSE
    Dimanche 21 Août 2016 à 09:09
    Quelle énergie !! je t'admire. Que c'est beau chez BABA - je comprends combien tu aimes y retourner - les taureaux sont magnifiques et les cérémonies doivent être grandioses - tout ce que j'aime découvrir ! et ton petit Temple !! les couleurs sont belles, tout ce bleu ! je vois que beaucoup de tes amis connaissent BALI et moi j'en rêve et tu me donnes tellement envie d'y aller ! Profite bien de tous ces beaux et bons moments sur l'Ile des Dieux ! Et vive le PASTAGA !! j'ai goûté l'Arak au SRI LANKA mais non, rien ne vaut un pastaga !! Je t'embrasse - Buddhusaranaï MARYSE
    6
    Samedi 20 Août 2016 à 22:35

    Quoi ??? il y a mieux que le Pastaga ??? avec un P majuscule :)

    Bonne continuation, bises

    5
    Samedi 20 Août 2016 à 19:26

    Coucou,

    comme d'hab tes petits commentaires sont extra, bizarre la deuxième photos avec son emblème au centre,

    j'aimerait avoir l'explication.

    Agréable week-end a toi et belle ballade.

    Bisous.

    4
    Samedi 20 Août 2016 à 15:56
    Encore une jolie étape aujourd'hui !!!! Ton arbre est magnifique et tu revois avec plaisir les lieux et personnes que tu aimes tant. Tout change même les chemins biscornus sont devenus des routes goudronnées, c'est plus agréable pour rouler avec chouchou d'amour.
    Bonne continuation Isa, bisous et à tout de suite, je file voir ton nouvel article.
    3
    Babar
    Samedi 20 Août 2016 à 08:00

    gran bravo pr l'etape pleine de surprises ageables....la cé repo merite ! je crois ke nou feron la meme route en mai ! note ke jai archive tou ts courriers en cas de crash du disque dur !!!!! bon economise un peu 'arak car on voudrai y gouer ossi!! Babar

    2
    Maguy Thomé
    Samedi 20 Août 2016 à 07:33
    Ca fait quand même beaucoup de kms , et un bon repos s'impose !Tu as beaucoup d'énergie et une grande volonté, épatante Isa ! Dieu merci pr la nouvelle chambre, oui c'est une belle chance. Je ne sais pas comment tu fais pour louer à la dernière minute?! Question d'habitude....Très heureuse de te savoir dans un si bel endroit...Profite bien. A la prochaine. Bises.
    1
    madalouna
    Samedi 20 Août 2016 à 07:02
    Récit akompagné d'expressions bien de chez moi...jadore
    J nai jamais fait cette portion de route mais ça donne envie...
    oktobre..j note
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :